Accueil > Le répertoire > Les spectacles > La curiosité des anges
© Christophe Raynaud de Lage © Christophe Raynaud de Lage

La curiosité des anges

1988-2003

Etre clown, c’est avoir la curiosité des anges.
Ce spectacle c’est la naissance des clowns Zig et Arletti.
Cette pièce est entièrement attachée aux deux acteurs qui la jouent : elle est née de leur nature.
Zig et Arletti, un homme, une femme, deux clowns, perdus comme deux cloches ou purs comme deux anges, réduisent le monde à quelques questions fondamentales. Mais tant qu’on n’y a pas répondu, y a-t-il autre chose à faire ? Le rire est peut-être une forme d’apprentissage : tout est dérisoire tant que nous ne pouvons pas résoudre notre rapport à l’autre.
Dans La curiosité des anges, on voit deux êtres humains, comme on voit les baleines dans la baie du Saint-Laurent. On les surprend. Cette pièce, c’est la rencontre de l’autre, c’est ça, c’est tout.
De François Cervantes, Dominique Chevallier, Catherine Germain
Mise en scène François Cervantes
Avec Dominique Chevallier, Catherine Germain
Musique Eryck Abecassis
Scénographie François Cervantes
Régie en alternance Xavier Brousse, Bertrand Mazoyer
Production L’entreprise
Coproduction Le Prato Lille
jeudi 20 octobre 2016
19h Théatre Sant ildefons
Festival Internacional de Pallassos | CORNELLA DE LLOBREAGT (ES)
vendredi 4 novembre 2016
20h30
La Trame | ST JEAN BONNEFONDS
mardi 6 décembre 2016
20h
Pole Jeune Public | LE REVEST
vendredi 3 mars 2017
20h30
Théâtre de Cusset | CUSSET
mardi 14 mars 2017
20h Maison de l’Université
Université de Rouen | MONT SAINT AIGNAN
En 2008, François Cervantes et Catherine Germain co-écrivent le livre Le clown Arletti vingt ans de ravissement qui témoigne de la collaboration insolite, entre un auteur et une actrice autour du clown Arletti.

Les clowns sont apparus dans le deuxième spectacle de la compagnie, en 1987. Le clown interroge la littérature en remontant à la source de l’acte poétique. La compagnie partage ce voyage avec quelques artistes qui ont fait le choix de cette aventure irréversible.
Tous les deux, sur leur petit bout d’herbe, ils sont comme sur un nuage à nous regarder les regarder, à nous raconter des histoires, à se délecter d’une banane, à lire, à s’amuser, nous amuser et nous surprendre à nous aimer, tout simplement par leur présence. Moment magique où l’on voudrait que le temps s’arrête...
La Gazette, ClairIsabelle Vaucousant [15 octobre 2010]

Catherine Germain et Dominique Chevallier apportent sur le plateau leur belle présence. La magie oeuvre tout à coup.
La Terrasse, Véronique Hotte [mai 2008]

Zig et Arletti se posent des questions sur le monde. Les questions vertigineuses de l’existence. Ils sont beaux les personnages de François Cervantes, ils sont poètes.
Zig et Arletti nous ramènent à l’originel, mieux à l’origine et s’ils ne connaissent que le début de l’histoire, c’est peut-être parce qu’ils incarnent l’ébauche de l’histoire des hommes.
Le bien public, Juliette Soulat [27 mai 2008]

Zig et Arletti, deux clowns piqueté d’un humour fin et subtil. Créée il y a quinze ans, la pièce ne prend pas une ride.
Télérama Sortir, Stéphanie Barioz [7 mars 2007]